Archives de catégorie : Communiqués

AMÉNAGEMENT DES EXAMENS

Examens professionnels 2020 :
l’urgence d’une clarification

Pour le SNUEP-FSU, protéger la santé des élèves et des personnels constitue l’élément prioritaire qui doit guider toute prise de décision au sein du ministère de l’Éducation nationale.

La crise sanitaire d’ampleur que nous traversons nécessite des mesures exceptionnelles qui ont conduit au confinement et aux arbitrages concernant les examens 2020. Le ministre a fait le choix de modifier les modalités d’examen pour l’obtention des diplômes professionnels : baccalauréat, certificat d’aptitude professionnelle, diplôme national du brevet professionnel et diplôme intermédiaire.
Le peu de temps qu’il a consacré aux diplômes professionnels dans sa conférence de presse, alors même qu’ils sont les plus complexes, est révélateur du fait que sa priorité est ailleurs. Continuer la lecture de AMÉNAGEMENT DES EXAMENS

MOINS D’ARGENT POUR LA VOIE PRO

Dans un contexte difficile,
le gouvernement ose encore un mauvais coup
pour les lycées professionnels

Alors que les enseignant·es de la voie professionnelle se démènent pour leurs élèves dans le contexte difficile que nous vivons, le gouvernement persiste dans sa volonté de fragiliser les lycées professionnels qui forment pourtant plus de 600 000 jeunes chaque année.

Avec la loi Pour la liberté de choisir son avenir professionnel, publiée au journal officiel du 5 septembre 2018, le gouvernement a réduit la part de la taxe d’apprentissage dont peuvent bénéficier les lycées professionnels. Tout en faisant passer cette part de 23 % à 13 %, il l’a ouverte aux établissements d’enseignement supérieur hors contrat.
Le 27 mars 2020, en plein confinement, le gouvernement a publié au Journal officiel un arrêté ajoutant deux organismes aux 58 habilités à percevoir le solde de la taxe d’apprentissage. Parmi ces deux organismes, l’association Nos quartiers ont du talent (NQT) n’offre pas de formation professionnelle mais un réseau d’entreprises pour des jeunes déjà diplômés de l’enseignement supérieur (bac +3 ou plus). Le second organisme est le Réseau national d’enseignement supérieur privé (RenaSup).
C’est un nouveau coup dur pour la voie professionnelle scolaire au moment où le ministre de l’Éducation nationale s’est adressé à deux reprises aux professeur·es de lycée professionnel (PLP) pour les remercier du travail fait pendant ces moments difficiles que traverse notre pays. Continuer la lecture de MOINS D’ARGENT POUR LA VOIE PRO

LIEN SCOLAIRE

INQUIÉTUDE ET COLÈRE
DANS LA VOIE PROFESSIONNELLE

Si l’enseignement à distance est un enseignement dégradé qui ne remplacera jamais l’enseignement en présentiel, il est un révélateur sans précédent de l’énorme fracture sociale et scolaire dont des pans entiers d’élèves et de familles sont victimes.
Les personnels de la voie professionnelle déploient leur énergie sans compter pour tenter de mettre en œuvre et maintenir un lien scolaire avec leurs élèves. Mais d’après les remontées des personnels de lycée professionnel, ce lien scolaire existerait pour seulement un tiers des élèves. Les outils publics mis à disposition ne sont pas toujours opérants et sont très mal adaptés aux jeunes non habitués à manier régulièrement le numérique en dehors de l’école. Les ressources en ligne excluent généralement bon nombre de disciplines de la voie professionnelle ou ne correspondent que de très loin aux contenus des programmes. De nombreuses matières professionnelles sont irréalisables en enseignement à distance comme par exemple la conduite routière, la maintenance ou la restauration ; aucune vidéo ne permettra l’acquisition des gestes techniques ou des savoir-faire professionnels. Continuer la lecture de LIEN SCOLAIRE

Le « Comité Hygiène et Sécurité – Conditions de Travail Académique » réuni en session extraordinaire le 19 mars

CHSCTA extraordinaire du 19 mars 2020 ODJ : point de situation sur le coronavirus COVID-19

M le recteur est excusé.

M Martin (son représentant) remercie tous les personnels mobilisés. Il rappelle que le télétravail est à privilégier. Il insiste sur les personnels fragiles et rappelle qu’ils ne doivent prendre aucun risque. Nous devons être vigilants et stricts sur l’ensemble des consignes. Le plus important est d’appliquer scrupuleusement les gestes barrières. Le regroupement ne doit pas dépasser 10 élèves par salle de classe.

On se doit:
– de maintenir la continuité administrative
– de maintenir la continuité pédagogique
– d’accueillir les enfants des personnels soignants n’ayant pas d’autre mode de garde. Continuer la lecture de Le « Comité Hygiène et Sécurité – Conditions de Travail Académique » réuni en session extraordinaire le 19 mars

Retraites: 24 mars et 31 mars, actions reportées compte tenue de la situation sanitaire.

Communiqué intersyndical sur le report  des actions du 24 et 31 mars:

Dernière minute: Notre appel à suspendre le processus législatif semble enfin avoir été entendu après l’allocution du président de la république ce lundi 16 mars. Nous ne pouvons que nous en féliciter. Nous nous inscrivons entièrement dans le respect des consignes de protection  et de solidarité face à la crise du coronavirus.

Les Actions dans le Var et les Alpes-Maritimes:

Mardi 24 mars 2020 (action suspendue)

La “vrai” conférence de financement

Mardi 31 mars 2020 (action suspendue)

Grande journée de grève interprofessionnelle et de manifestations dans tout le pays mardi 31 mars pour faire échec à ce projet de loi.

RÉFÉRÉ DE LA COUR DES COMPTES – MARS 2020

ENCORE UN RAPPORT À CHARGE CONTRE LES PROFESSEUR·ES DE LYCÉE PROFESSIONNEL

La Cour des comptes vient de publier un référé qui émet des préconisations au ministre de l’Éducation nationale sur sa transformation de la voie professionnelle.

Après avoir acté que la réforme de 2009 est un échec avéré sur tous les plans, la Cour des comptes fustige, comme à son habitude, le statut des professeur·es de lycée professionnel (PLP), le prétendant responsable de tous les maux de la voie professionnelle. Elle propose donc d’annualiser le temps de travail des PLP, de faire cours pendant les PFMP des élèves, d’obliger à mixer les publics (apprenti·es avec les scolaires) dans les classes…

La Cour considère aussi les effectifs par classe trop faibles. Elle révèle ainsi sa méconnaissance de la réalité des filières ou peut-être juge-t-elle que les contraintes d’effectifs pour assurer la sécurité des élèves ne devraient pas s’appliquer. Elle préconise donc de fusionner tous les lycées professionnels de moins de 500 élèves. Cela reviendrait à ne garder que 200 établissements soit en moyenne deux par départements.

Les élèves de la voie professionnelle sont aussi pointé·es du doigt dans ce rapport : Continuer la lecture de RÉFÉRÉ DE LA COUR DES COMPTES – MARS 2020

FIN DU DIPLÔME INTERMÉDIAIRE

Déclaration commune
CGT Éduc’action – SNUEP-FSU – SNEP-FSU
Réunion multilatérale du 28 février 2020
au ministère de l’Éducation nationale

Nous, la CGT Éduc’action, le SNUEP-FSU et le SNEP-FSU, considérons qu’il est nécessaire de maintenir en fin de première bac pro, un diplôme de niveau 3 (CAP, BEP). L’obtention de ce diplôme garantit à celles et ceux qui ne vont pas jusqu’au bac ou qui y échouent, la reconnaissance d’un premier niveau de qualification. Cela leur permet de ne pas sortir du système scolaire sans qualification et d’entrer avec un niveau 3, reconnu par les conventions collectives, sur le marché professionnel, le cas échéant. Continuer la lecture de FIN DU DIPLÔME INTERMÉDIAIRE

FORMATION DES PLP-innovation: payer ses frais de formation, c’est non!

Les professeurs de lycées professionnels doivent financer en partie les formations d’une réforme qu’ils rejettent !

Le 6 février dernier, accompagné de trois autres ministres, J.-M. Blanquer a annoncé à grand renfort de communication les 23 premiers Campus d’Excellence dont 11 bénéficient des millions d’euros du Programme d’investissement d’avenir. Mais ces Campus d’Excellence sont les arbres qui cachent une forêt beaucoup moins dotée : celle des lycées professionnels et des formations sacrifiés par sa réforme.

Les élèves et les professeur·es de lycée professionnel subissent une réforme qui instaure de nouveaux dispositifs et modifie quasi tous les programmes. Devant l’ambition déclarée du ministre pour sa nouvelle voie professionnelle, les enseignant·es sont laissé·es à l’abandon et instrumentalisé·es. Les formations liées à la réforme se résument soit à des consignes descendantes autoritaires, soit à de la récupération, par les IEN, de cours déjà élaborés des personnels – séquences que les corps d’inspection ont été incapables de concevoir. Elles peuvent prendre la forme d’une simple demi-journée informative pour balayer deux ans de programme et/ou pour une simple lecture de textes sur les nouvelles modalités de certifications et sur les nouveaux dispositifs (co-intervention, chef d’œuvre, famille de métiers, etc.). Continuer la lecture de FORMATION DES PLP-innovation: payer ses frais de formation, c’est non!

AVENIR DU DIPLÔME INTERMÉDIAIRE

DU JAMAIS VU,
LE MINISTRE INNOVE EN ENVISAGEANT DE SUPPRIMER UN DIPLÔME PROFESSIONNEL

 

Le jeudi 6 février, le ministre convie journalistes et personnalités diverses à un déjeuner de presse pour vanter la vitrine de sa réforme de la voie professionnelle : les campus des métiers et des qualifications. À l’opposé de cette vitrine, il persiste à démanteler méticuleusement les lycées et les diplômes professionnels.

Le ministère envisage de supprimer purement et simplement le BEP. Ce diplôme a déjà subi une attaque forte lors de la généralisation du bac pro 3 ans au sens où, depuis, il ne bénéficie plus d’une formation spécifique. Il s’obtient dorénavant par des épreuves certificatives qui se déroulent l’année de première bac pro – d’où son nom de diplôme intermédiaire. Le ministre Blanquer est un des instigateurs de ce coup dur porté au BEP.
Aujourd’hui, il envisage d’aller encore plus loin en remplaçant ce diplôme, reconnu par les conventions collectives donc reconnu par les entreprises, par une attestation. Continuer la lecture de AVENIR DU DIPLÔME INTERMÉDIAIRE

LA CO-INTERVENTION EN CAP ET BAC PRO

Les textes organisant la co-intervention

Il existe 3 niveaux de textes pour organiser la mise en œuvre de ce dispositif issu de la réforme Blanquer de la voie professionnelle :

– Des textes réglementaires modifiant le Code de l’Éducation (loi, décrets et/ou arrêtés) et publiés au Journal officiel et au Bulletin officiel de l’Éducation nationale (BOEN). Ces textes ont évidemment une influence sur nos obligations réglementaires de service, ces dernières étant naturellement en lien avec notre statut.

– Une circulaire (ou note de service) adressée par le ministre aux recteurs et rectrices pour organiser la mise en application des textes réglementaires.
Elle n’est pas constitutive de nouvelles obligations de service pour les PLP. Bien que publiée au BOEN, ce type de circulaire ou note de service ne modifie ni le Code de l’Éducation, ni nos obligations réglementaires de service (ORS), et encore moins notre statut ! Continuer la lecture de LA CO-INTERVENTION EN CAP ET BAC PRO