FORMATION DES PLP-innovation: payer ses frais de formation, c’est non!

Les professeurs de lycées professionnels doivent financer en partie les formations d’une réforme qu’ils rejettent !

Le 6 février dernier, accompagné de trois autres ministres, J.-M. Blanquer a annoncé à grand renfort de communication les 23 premiers Campus d’Excellence dont 11 bénéficient des millions d’euros du Programme d’investissement d’avenir. Mais ces Campus d’Excellence sont les arbres qui cachent une forêt beaucoup moins dotée : celle des lycées professionnels et des formations sacrifiés par sa réforme.

Les élèves et les professeur·es de lycée professionnel subissent une réforme qui instaure de nouveaux dispositifs et modifie quasi tous les programmes. Devant l’ambition déclarée du ministre pour sa nouvelle voie professionnelle, les enseignant·es sont laissé·es à l’abandon et instrumentalisé·es. Les formations liées à la réforme se résument soit à des consignes descendantes autoritaires, soit à de la récupération, par les IEN, de cours déjà élaborés des personnels – séquences que les corps d’inspection ont été incapables de concevoir. Elles peuvent prendre la forme d’une simple demi-journée informative pour balayer deux ans de programme et/ou pour une simple lecture de textes sur les nouvelles modalités de certifications et sur les nouveaux dispositifs (co-intervention, chef d’œuvre, famille de métiers, etc.). Continuer la lecture de FORMATION DES PLP-innovation: payer ses frais de formation, c’est non!

Retraites: adressez-vous à votre député·e

Retraite: interpellez votre député-e

Aujourd’hui 17 février, les projets de loi ordinaire et organique instituant un système universel de retraite entrent en débat à l’Assemblée nationale.
La mobilisation se poursuit sous diverses formes. Avant la grève et les manifestations du 20 février, nous vous proposons de vous adresser à votre député·e. Les modalités, très simples, sont précisées sur le site du SNEP-FSU.

Voici ci-dessous une proposition de texte pour votre député à adapter:

Madame, monsieur la/le député,
Depuis près de 3 mois, un mouvement social lutte pour le maintien et l’amélioration de notre système de retraite dont les principes actuels reposent sur le programme du Conseil National de la Résistance. L’ampleur et la durée de ce mouvement montrent l’attachement des citoyens à un système fondé sur la solidarité intergénérationnelle et qui permet d’échapper à l’incertitude d’un système à points qui ne ferait que des perdants.
Même si des réformes depuis 1993 ont dégradé les pensions et allongé la période d’activité requise, le maintien d’une référence à un taux de remplacement permet de conserver l’essentiel de ce système de répartition solidaire. Des réformes sont possibles et nécessaires pour réduire les inégalités (femmes/hommes, carrières hachées, pénibilité…) et assurer la pérennité de son financement. Le projet actuellement présenté va dans un sens totalement opposé.
En toute conscience et quel que soit votre positionnement politique, je vous demande de ne pas vous associer à un projet de loi qui détruirait encore un peu plus notre système de protection sociale.
Soyez assuré(e), Madame, Monsieur la/le député de mon attachement à la République et à ses idéaux.

LP Pasteur mobilisé ce 7 février

Les professeurs du LP Louis Pasteur en colère.

Ce vendredi 7 février les professeurs ont organisé devant le lycée une action de protestation.
Avec la diminution de la DGH de 66h, dont 64 heures postes, ce sont 5 postes qui seront définitivement fermés.
C’est un plan social, résultat de la réforme Blanquer et des choix dangereux des IEN de la transformation du CAP et BMA Ebenisterie, en un BMA 3 ans. Les élèves perdent une année de formation et…des postes sont fermés.
La destruction de la voie professionnelle est en œuvre.
Les professeurs dans ce contexte de destruction sont d’autant plus inquiets pour le lycée que s’annonce une réforme des Métiers d’Art pour 2021.

AVENIR DU DIPLÔME INTERMÉDIAIRE

DU JAMAIS VU,
LE MINISTRE INNOVE EN ENVISAGEANT DE SUPPRIMER UN DIPLÔME PROFESSIONNEL

 

Le jeudi 6 février, le ministre convie journalistes et personnalités diverses à un déjeuner de presse pour vanter la vitrine de sa réforme de la voie professionnelle : les campus des métiers et des qualifications. À l’opposé de cette vitrine, il persiste à démanteler méticuleusement les lycées et les diplômes professionnels.

Le ministère envisage de supprimer purement et simplement le BEP. Ce diplôme a déjà subi une attaque forte lors de la généralisation du bac pro 3 ans au sens où, depuis, il ne bénéficie plus d’une formation spécifique. Il s’obtient dorénavant par des épreuves certificatives qui se déroulent l’année de première bac pro – d’où son nom de diplôme intermédiaire. Le ministre Blanquer est un des instigateurs de ce coup dur porté au BEP.
Aujourd’hui, il envisage d’aller encore plus loin en remplaçant ce diplôme, reconnu par les conventions collectives donc reconnu par les entreprises, par une attestation. Continuer la lecture de AVENIR DU DIPLÔME INTERMÉDIAIRE

LA CO-INTERVENTION EN CAP ET BAC PRO

Les textes organisant la co-intervention

Il existe 3 niveaux de textes pour organiser la mise en œuvre de ce dispositif issu de la réforme Blanquer de la voie professionnelle :

– Des textes réglementaires modifiant le Code de l’Éducation (loi, décrets et/ou arrêtés) et publiés au Journal officiel et au Bulletin officiel de l’Éducation nationale (BOEN). Ces textes ont évidemment une influence sur nos obligations réglementaires de service, ces dernières étant naturellement en lien avec notre statut.

– Une circulaire (ou note de service) adressée par le ministre aux recteurs et rectrices pour organiser la mise en application des textes réglementaires.
Elle n’est pas constitutive de nouvelles obligations de service pour les PLP. Bien que publiée au BOEN, ce type de circulaire ou note de service ne modifie ni le Code de l’Éducation, ni nos obligations réglementaires de service (ORS), et encore moins notre statut ! Continuer la lecture de LA CO-INTERVENTION EN CAP ET BAC PRO